Trek sur le Padjelantaleden

Après le road trip documentaire en Corse, la Sicile balayée en train, le printemps sportif à Monêtier et deux petites randos itinérantes en refuges dans les Pyrénées et les Vosges, Camille et moi nous lançons dans une aventure d’une forme un peu plus roots : 10 jours de rando itinérante en bivouac… en Laponie ! La nature sauvage de la Scandinavie m'a toujours énormément attirée et c'est un vrai rêve à réaliser pour moi. Je suis déjà allée en Norvège avec mon frère il y a cinq ans, mais c'est encore très différent. La Laponie norvégienne est le pays des fjords, des montagnes vertigineuses entourées d'eau. Ce que je désire maintenant et ce depuis plusieurs années, ce sont les étendues de forêts, de plaines et de lacs. Après quelques recherches, c'est sur le Padjelantaleden que se jette notre dévolu. « Leden » signifiant chemin en suédois, c'est un sentier long de 150 km au travers du parc de Padjelanta, tout proche du Sarek, un parc extrêmement sauvage où il est vivement conseillé d'être chevronné pour s'y aventurer. Comme nous ne sommes pas encore ce qu'on pourrait appeler des personnes chevronnées, nous ne nous y aventurerons pas. 

En quelques mots, le Padjelantaleden est un chemin itinérant qui va de Kvikkjokk (à prononcer kihuikyoque) à Ristem. Il est au croisement avec le sentier le plus connu de la Suède, la Kungsleden. Nous avons d'ailleurs longtemps hésité avec celui-ci, j'y reviendrai plus tard. Long de 150 km, il se parcourt sans trop de difficulté physique dûe au dénivelé puisqu'il n'y en a que très peu. Il n'y a pas de camping, mais il est divisé en 10 étapes, avec des refuges à chacune d'elle. Aucune route, aucun accès à la civilisation, du ravitaillement extrêmement faible, pas de réseau, pas d'électricité. Hormis la marche, seuls quelques trajets en hélicoptère  depuis Staloluotka (étape à moitié du sentier) permettent de relier un village. Dormir en refuge coûte 360 couronnes par personne (environ 38€) mais il est possible de camper à proximité des refuges moyennant une grosse centaine de couronnes par personne et donnant accès aux cuisines du refuge et aux toilettes sèches (non ne rêvez pas, il n'y a pas de douche, à vrai dire il n'y a ni électricité ni eau courante dans les cabanes, c'est chauffage au gaz et on va chercher des seaux d'eau à la rivière pour le reste). C'est ce que font pas mal de gens, d'ailleurs. En ce qui nous concerne, Camille et moi, l'optique c'est vraiment de se fondre dans la nature et d'éviter au maximum de profiter des refuges, dans une recherche d'autonomie totale. Il s'avère qu'il y a malgré tout un côté rassurant à avoir des refuges régulièrement, non pas pour la sécurité, mais en cas de très mauvais temps, de réchaud défectueux, etc. Même si l'idée de me perdre dans les plaines lapones me réjouit, je reste consciente que nous ne sommes pas Mike Horn et que nous n'avons ni le matériel ni l'expérience pour pouvoir affronter tout type de problème, quel qu'il soit. Le but est donc de se débrouiller seules, mais sans être inconscientes non plus. 

Du coup, pour ceux que ça intéresse, et bien que nous ne soyons pas des références absolues en la matière, loin de là, voici la liste de matériel emmené pour information : 
- Vêtements de jour : 2 pantalons, 2 legging, des t-shirts à manches longues, une polaire, un coupe vent, un surpantalon (un cache-col en ce qui me concerne), headnets (moustiquaires de tête... si si c'est TRÈÈÈÈÈÈS utile) 
- Vêtements du dodo : pantalon polaire, polaire, chaussettes thermiques 
- Trousse de toilette : gant de toilette, savon d'Alep (ça pue mais ça lave et c'est végétal), brosse à dents, dentifrice végétal bio (bah oui on va pas polluer hein), lingettes pour bébé, papier hygiénique, serviette microfibre 
- Trousse à pharmacie (littéralement vidée pendant la rando donc trèèèèès utile) : pansements (plein), pansements à ampoules, elastoplast (TRÈÈÈÈS UTILE), compresses stériles, spasfon, voltaren, ibuprofène, aspirine, éosine, biafine, gaviscon 
- Matériel de camping : réchaud MSR, duvet comfort limit 0°C, tente taurus UL 2 de Vaude, une casserole quechua légère, couverts en plastique, 3 gourdes de 75cl, torchon, éponge, pastilles pour purifier l'eau (micropur / oasis), 3 tupperwares, oreillers gonflables, tapis mousse Therm-a-rest (très bon rapport qualité prix, résistant et léger) 
- Autre matériel : opinel, sursac imperméable, ciseaux, scotch pour fil électrique hyper solide, aiguilles et fil à coudre (très utile), chargeur à dynamo (inutile puisque pas de réseau), lampe de poche, carte du sentier (bien quand on bivouaque mais pas indispensable si on suit les étapes car le sentier est très bien balisé et impossible de se perdre vu qu'il n'y a QU'UN sentier), boussole (n'a jamais servi), crème solaire (n'a JAMAIS servi, snuf), appareil photo (a beaucoup servi!) + piles de rechange pour l'appareil 

Pour les repas, on a opté pour des choses qui se gardent, faciles à transporter et à cuisiner tout en étant riches. Je précise que je suis végétarienne donc il est pas évident de reprendre les listes indiquées par des gens à coup de saucisson à tous les repas :D 
Du coup c'était globalement : céréales le matin, fruits secs et sucres rapides en journée, fromage le midi pour les protéines, et féculents le soir. Pour plus de détails, c'est ci-dessous... 
- Repas du matin : barre de céréales + thé / café soluble 
- Repas du midi : noix de cajou, amandes, noisettes (j'ai ramené le paquet pas ouvert), 1/3 de mimolette ou ½ babybel (ça lasse très vite) + wasa (pas hyper bon mais ça casse pas), compote à boire
- Repas du soir : soupes lyophilisées, sauces lyophilisées (beurre citron, champignons à la crème...), un tube de pesto en plastique, pâtes, riz, semoule (à mettre dans la soupe par ex), sachets de curry, sel 
- Encas (entre les repas) : ½ tablette de chocolat par jour (RÉCONFORT ULTIME), un snicker. 


Pourquoi le Padjelantaleden ? Je cherchais un sentier itinérant relativement long en Laponie, et évidemment, après deux recherches google, c'est la Kungsleden (chemin des rois en suédois) qui est tout de suite sortie... Seulement voilà, nous avions 10 jours de rando, et la partie Nord de la Kungsleden se fait en 6 ou 7 jours. J'avais bien prévu de rallonger le trip avec l'ascension du Kebnekaise, le plus haut sommet de Suède, mais ça avait l'air un peu technique. Et puis surtout, plusieurs personnes sur l'internet semblaient dire que la Kungsleden étaient très fréquentée (tout est relatif hein, ça reste la Laponie). La fin des vacances scolaires suédoises étant le lundi 20 août, et nos journées de rando étant du 17 au 27 août, je me suis dit qu'il y aurait peut-être moins de monde malgré tout. Mais Camille insistait sur le côté « isolé » dont elle rêvait. On m'a alors conseillé le padjelantaleden, beaucoup moins fréquenté et plus long. C'était parfait pour ce qu'on recherchait ! Un peu plus paumé, un peu moins de monde, 10 étapes pour 10 jours de rando. Si vous vous demandez pourquoi il est bien moins fréquenté que la Kungsleden, je vais direct proposer un argument de taille : il faut entre 1 jour et demi et 2 jours pour relier Stockholm à Ritsem ou Kvikkjokk (les deux extrémités de la rando). Beaucoup d'heures de bus et des changements parfois très longs du fait de la rareté des bus qui parcourent le pays. J'ai donc passé des heures sur le site de la SJ (réseau ferré suédois) pour trouver un trajet qui ne prenne pas « trop » de temps (encore une fois tout est relatif :D). J'ai finalement trouvé un trajet Stockholm / Kiruna / Gälliväre / Jokkmokk / Kvikkjokk en un jour et demi à l'aller, et Ritsem / Gälliväre / Overkalix / Lulea / Stockholm en une journée et une nuit pour le retour. Ce qui est ma foi RAISONNABLE dans ce pays, visiblement. Pour couronner le tout, une fois à Kvikkjokk ou à Ritsem, il faut 30 à 40 minutes de bateau pour traverser des lacs immenses et rejoindre le début du sentier, et idem à la fin de la rando. C'est VRAIMENT paumé. Loin de la Kungsleden accessible depuis Abisko en train. 

C'est donc maintenant que vous avez tout plein d'informations inutiles (à part si vous souhaitez vous y rendre vous-mêmes) que je vous laisse lire le début de ce récit lapon...


6 commentaires :

  1. Réponses
    1. MER CA VA VENIR.
      (je sais qui tu es, hein)

      Supprimer
  2. Eh ben toujours rien !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui. Bon. J'ai du travail en fait. C'est écrit mais je dois choisir et recadrer plein de photos et tout mettre en page DONC cela sera fait pendant les vacances de la Toussaint. Promis le 5 novembre y a tout.

      Supprimer
  3. Super, vivement le 5 ! J'ai hâte ! Et merci pour ces belles images. Et pi comme dirais Mike Horn :
    "On ne grimpe qu’une fois la montagne de sa vie. Il faut vivre ses rêves, ne pas se laisser emprisonner. L’homme ne doit jamais se sentir plus grand que la vie. En gardant les pieds sur terre, on peut toucher les étoiles" ....

    RépondreSupprimer